POLARIS XTREMEPLUS FACTORY TEAM : 100 % DE RÉUSSITE !

DAKAR 2 016

16 janvier 2016

 

 

 

Arrivée : ROSARIO (Argentine)

Spéciale : 180 km – Liaison : 519 km – Total : 699 km

 

Ils étaient 4 Polaris RZR 1000XT + 30 au départ, ils sont 4 à l’arrivée avec en prime la couronne du vainqueur en T3 Light pour l’équipage de la voiture MAXXIS Cinotto et Dominella et le podium complet en T3 Light ! Une cinquième victoire d’affilée pour le Team Xtremeplus sur le Dakar et 3 Rookies à l’arrivée !

Carton plein donc pour Xtremeplus. Peu d’équipes peuvent se vanter de ce palmarès sur cette 38e édition du Dakar, d’autant plus qu’il y avait en fait 6 voitures dans le team, avec Marco Piana en assistance rapide et Yassir Saedan navigué par Seb Delaunay en T2 (Toyota)… et 6 à l’arrivée ! BRAVO !

 

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 ― 45es au général et 1ers T3 Light : « Ce fut une très belle course. Le Polaris RZR MAXXIS est une voiture extraordinaire sur laquelle nous avons connu des problèmes comme tous les concurrents sur le Dakar, ni plus ni moins. L’équipe Xtremeplus est très professionnelle, ils ont accompli un travail incroyable chaque nuit. Cela fait 4 fois que je participe au Dakar et la première fois que je termine, maintenant je me rends compte à quel point c’est long, très long ! Nous avons gagné le T3 Light, c’est une belle satisfaction, et nous nous sommes vraiment beaucoup amusés ! »

 

Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 ― 55es au général et 2es T3 Light : « Je suis tellement heureux ! J’ai accompli un rêve que je gardais dans un tiroir depuis des années : être le premier Chinois à terminer le Dakar en T3 ! Et en plus, je termine en deuxième position, c’est magnifique ! Ce fut très dur… et je ressens beaucoup d’émotion… C’est indescriptible ! »

 

Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 ― 57es au général et 3es T3 Light : « J’ai réussi mon pari ! Il y a quatorze mois, je me suis mis dans la tête et dans celle de ma famille que j’allais terminer mon premier Dakar et je l’ai fait ! Je suis tellement content que c’est compliqué à expliquer. Le plus difficile a été de rester concentrer chaque jour. Je ne sais pas quel est mon prochain rêve… peut-être un deuxième Dakar ! Pour le moment, je veux profiter de cette victoire personnelle. »

 

 

Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 ― 62es au général et 4es T3 Light : « C’est magnifique d’être ici, au podium de Rosario ! Ce fut une expérience incroyable… en dehors du plaisir de piloter, de surmonter les problèmes et déjouer les pièges, c’est la course qui m’a donné le plus d’émotions et m’a également retiré le plus d’illusions ! Je n’avais jamais connu cela. J’ai beaucoup appris… C’était dur, très dur mais cela en valait la peine ! »

 

Bravo à tous les équipages et Bravo à toute l’équipe technique qui a assuré sans relâche pour amener tout le monde au bout de ce Dakar 2016 ! Great job, guys !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES QUATRE POLARIS RZR XTREMEPLUS ARRIVENT À SAN JUAN !

DAKAR 2 016

14 janvier 2016

 

 

 

11e étape : La Rioja – San Juan (Argentine)

Spéciale 431 km – Liaison : 281 km – Total : 712 km

 

Le Dakar continue sa descente vers l’arrivée, cette onzième étape rallie San Juan, région reconnue comme très chaude. La Spéciale se déroule à nouveau dans une fournaise sans nom, sur du terrain compliqué composé de fesh-fesh mais aussi de partie rapide sur graviers ou cailloux.

Malgré nombre de péripéties, le team Polaris Xtremeplus arrive au bivouac, situé sur l’autodrome coincé entre les montagnes, au complet qui plus tôt que les autres…

 

 

Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394  : « Aujourd’hui, c’était une très longue journée avec du sable, du fesh-fesh, du passage dans le lit d’une rivière et pour finir on a traverser deux gués ! C’était très dur physiquement mais cette fois, je ne me suis pas arrêté pour me reposer. J’ai juste demander de l’eau froide par deux fois à des Argentins tant il faisait chaud. J’ai roulé à un bon rythme mais tranquillement sans prendre de risque. Je ne voulais pas abîmer la voiture, si je ne voyais pas bien où je mettais les roues, je n’y allais pas et quand c’était clair, je roulais à fond. Nous avons eu beaucoup de grosses pierres et de poussière et je savais qu’il n’y avait pas d’assistance à moins de 6h derrière nous, donc j’ai assuré. Je me fiche du résultat, je veux finir ce Dakar et réaliser mon rêve ! »

 

 

 

Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 (52es en 8h32’15): « Nous avons roulé tranquillement pour préserver notre RZR et assurer notre arrivée. Nous avons donc joué les anges gardiens pour l’équipage brésilien qui n’avait pas dormi. Nous les avons aidé à changer la roue et j’ai bien aimé ça… »

 

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 : « Tout a bien marché jusqu’à 50 km de l’arrivée où nous avons connu un problème électrique qui nous a fait perdre 2h30′ ! Au même moment, le GPS nous a lâché et nous nous sommes perdus sous le pont, perdant d’autres précieuses minutes. Ce fut donc une journée à oublier pour nous ! »

 

L’équipage brésilien, Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 est arrivé au bivouac de La Rioja a 8h du matin… et est reparti à 8h15′ après avoir passé la nuit à réparer en compagnie de Marco Piana qui assure l’assistance rapide. Inutile de vous dire qu’une fois au bivouac de San Juan, Leandro et Lourival se sont effondrés mais contents d’être là !

 

 

 

 

 

 

 

MAO RUJIN RALLIE LA RIOJA LE PREMIER DES QUATRE POLARIS RZR XTREMEPLUS

DAKAR 2 016

13 janvier 2016

 

 

 

10e étape : Belen – La Rioja (Argentine)

Spéciale 278 km – Liaison : 485 km – Total : 763 km

 

Ce matin, le bivouac de Belen s’est réveillé sous un crachin digne du nord de l’Europe. Décidément, ce Dakar 2016 aura vécu toutes les sortes de conditions climatiques. À cause des violents orages qui sévissent depuis le début du Rallye, la Spéciale a été à nouveau raccourcie au km 244, les rios gonflés des eaux de la montagne étant infranchissables.

 

A 19h30′. Le seul équipage Xtremeplus à avoir terminé la 10e spéciale est le n°394 Mao Rujin/Ka Chun Yu qui arrive le premier au bivouac de La Rioja, très heureux d’avoir accompli cet exploit.

 

 

Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 (6h40’41) : « Ce fut une très bonne journée pour nous… toujours aussi chaude mais tout a bien marché. Hier, j’ai été contraint à me reposer sous un arbre tellement j’avais chaud. Aujourd’hui, nous avons crevé par deux fois et nous nous sommes perdus 7 km mais nous sommes là, les premiers du team Xtremeplus, c’est incroyable !

J’avais un excellent feeling dans les dunes, c’est vrai qu’en Chine nous en avons de très grandes et j’ai à rouler dans le sable. Donc cela ne me faisait pas peur et le RZR passe très bien même si le sable était très mou. Nous avons doublé beaucoup de voitures dans la spéciale et nous sommes 32es ! »

 

Les autres équipages ont connu quelques mésaventures mais ont tous rallié la Rioja un peu tard… pour mieux repartir dans cette 11e spéciale La Rioja – San Juan.

 

Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 (52es en 8h32’15): « J’ai préféré assurer car l’étape était vraiment très dure. J’ai donc voulu économiser le moteur car il faisait très, très chaud et nous avions perdu de la puissance. Il fallait donc passer de crête en crête mais dans une cuvette, nous sommes restés plantés une bonne heure… »

 

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 (42es en 7h20’34) se sont arrêtés souvent pour laisser refroidir le moteur POLARIS RZR MAXXIS, les températures grimpant trop facilement au-dessus de la normale. L’équipage italien a également été obligé de changer la courroie.

 

L’équipage brésilien, Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 a été longtemps bloqué sur la piste avec Marco Piana, à réparer la boîte cassée.

 

 

 

 

 

 

 

BELEN-BELEN : UNE ÉTAPE EN ENFER !

DAKAR 2 016

 

12 janvier 2016

 

9e étape : Belen – Belen (Argentine)

Spéciale 285 km – Liaison : 111 km – Total : 396 km

 

Les concurrents entrent dans le vif du Dakar avec une étape en boucle, quasiment tout en hors-piste dans des dunettes parsemées de végétation, du terrain plus dur et le lit d’une rivière. La spéciale est également annoncée comme difficile en navigation…

Mais ce matin, le ciel est bien dégagé et le thermomètre monte rapidement dans le rouge… Tellement dans le rouge, que l’organisation a dû arrêter la spéciale au CP2 pour les motards et donc pour les autos et camions également vu que demain, c’est le départ de la Super Spéciale avec les temps des dix meilleurs de chaque catégorie mélangés. À l’arrivée au bivouac les équipages, épuisés, ont dû affronter une tempête de sable et sont très vite partis se reposer à l’hôtel.

À l’heure de ce communiqué, trois des quatre équipages Polaris sont sortis de la spéciale, seuls Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 sont encore en piste avec un problème électrique à résoudre.

 

 

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 (38es en 5h17’11) : « Quand au CP2, ils nous ont fait signe que la spéciale était terminée, j’aurais bien embrassé le gars du CP. C’était une véritable journée de survivants, la chaleur était terrible et toutes les voitures chauffaient. Nous nous sommes arrêtés plusieurs fois pour laisser refroidir. Puis nous avons eu une crevaison et, avec la chaleur, impossible de monter le cric, alors nous avons réparé avec des mèches, par deux fois. Nous avons aussi eu un problème de batterie et le RZR s’est arrêté deux fois. Dans un canyon, un camion s’est renversé devant nous et j’ai juste eu le temps de grimper sur le talus mais ensuite, on ne trouvait plus comment redescendre. Mais tout cela était très amusant ! »

 

Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 (47es en 5h40’21) : L’équipage chinois a bien géré cette journée difficile et très dure avec une seule crevaison. Mao et Ka Chun Yu sont arrivés au bivouac de Belen en 47e position. Une très belle place compte tenu des conditions extrêmement compliquées.

 

Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 (54es en 06h38’32) : « Je n’en peux plus… Je suis vidé, lessivé… Nous avons pelleté pendant une heure, été obligés de mettre les plaques et le cric… C’était vraiment très, très dur avec la chaleur qu’il faisait ! »

 

 

 

LE POLARIS RZR 1000XT + 30 MAXXIS 50e ET EN TÊTE DU T3 LIGHT À SALTA !

DAKAR 2 016

10 janvier 2016

 

Journée de repos : Salta (Argentine)

 

Le Dakar est revenu en Argentine pour une nouvelle semaine d’aventures. Hier, les camions d’assistance d’Xtremeplus se sont retrouvés bloqués à 250 km du bivouac par un rio gonflé par les pluies torrentielles descendues de la Cordillère qui avait détruit en partie un pont et sont arrivés au petit matin… Pour la journée de repos des pilotes et copilotes qui n’en est pas une pour les mécaniciens qui doivent refaire à neuf les quatre RZR arrivés à mi-course. Après avoir parcouru 5 330 km, soit 21 320 km au total pour les quatre voitures équipées de pneus MAXXIS LIBERTY, seulement quatre crevaisons sont à déplorer. Ces nouveaux pneus ont été spécialement fournis à l’équipe Xtremeplus pour le Dakar et seront bientôt dans le commerce !

 

Grâce à ces performances, le Polaris RZR 1000XT + 30 n°389 de Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 est en 50e position au général et en tête du T3 Light. « En Bolivie, à part la poussière et les camions, nous n’avons connu aucun problème. En altitude, vu notre petit moteur, nous avions quelques difficultés à grimper mais dès que cela descendait, nous repassions tous ceux qui nous avaient doublés. Dans la partie de spéciale d’hier, que nous avions déjà faite à l’aller, nous avons repris au même endroit de la pluie et de la neige. J’espère que demain nous allons enfin voir les dunes ! »

 

À mi-course, Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 pointent à la très belle 58e place au général provisoire suivis par Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371, 62es après un problème électrique dans la boucle de Uyuni et avoir roulé une belle spéciale hier pour revenir en Argentine.

 

L’équipage chinois Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 a quelques mésaventures est classé 73e. « Dans la boucle, nous avons eu un accident : dans une chicane, nous sommes tombés dans un trou et nous avons cassé la roue avant droite. Ka Chun a commencé à démonter mais nous avons dû attendre que Marco (Piana) arrive pour nous donner les pièces. Nous avons donc perdu 2 heures à réparer mais nous avons pu repartir et sur le Salar d’Uyuni, nous avons trouvé cela tellement beau que nous nous sommes arrêtés pour prendre des photos ! Il faisait froid et il y avait du vent mais j’ai vraiment aimé, cette course est vraiment très amusante ! Dans l’étape d’hier, nous avons bien roulé la première partie et doubler 12 voitures mais dans la neutralisation, nous avons absolument voulu aller chercher un Waypoint qui était dans la rivière… et dans la rivière, il y avait beaucoup d’eau car il pleuvait abondamment. Heureusement que Marco était à nouveau là pour nous tirer de ce mauvais pas… J’ai bien cru que nous allions revenir avec des poissons tant il y avait d’eau dans la voiture ! Malheureusement, nous avons dû changer le variateur. Dans la deuxième partie de spéciale, nous étions trempés et il faisait très froid… Nous avons alors roulé plus tranquillement. Mais nous voilà, à mi-course, nous sommes à Salta ! »

 

Demain, le Dakar repart cap au sud vers Belem et la perspective de rouler dans les dunes de Fiambala.

 

 

 

LE TEAM XTREMEPLUS REVIENT EN ARGENTINE AU COMPLET !

DAKAR 2 016

9 janvier 2016

 

7e étape : Uyuni (Bolivie) – Salta (Argentine)

Spéciale 336 km – Liaison : 481 km – Total : 817 km

 

 

Avec cette 7e étape, longue de plus de 800 km, le Dakar revient en Argentine. La spéciale était divisée en deux parties : 230 km en Bolivie et 160 km en Argentine, séparée par une neutralisation de 116 km. La Pachamama continue à donner du fil à retordre aux concurrents ; orages et pluies se sont abattus sur la Spéciale… surtout au début de la deuxième partie pour les autos. La première partie était la même spéciale que celle pour partir en Bolivie mais à l’envers tandis que la deuxième était bien sympathique à piloter.

Mais la route est longue et si les quatre équipages Xtremeplus Polaris sont tous sortis de la spéciale, ils ne seront pas au bivouac de Salata avant 22 voire 23 h.

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 sont sortis en 59e position, Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 sont 61es, Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 pointent à la 69e place et Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 se classent 77e.

 

Demain, journée de repos… pour les pilotes et copilotes, pas pour les mécaniciens qui ont environ 20 h pour redescendre de Bolivie et devront attaquer la remise en état des voitures demain matin !

 

LA BOUCLE DU SALAR D’UYUNI DONNE DU FIL À RETORDRE AUX ÉQUIPAGES XTREMEPLUS !

DAKAR 2 016

7 janvier 2016

 

6e étape : Uyuni – Uyuni (Bolivie)

Spéciale 542 km – Liaison : 181 km – Total : 723 km

 

 

 

Hier, les quatre équipages Xtremeplus Polaris Factory Team sont arrivés en Bolivie après avoir bravé : une étape marathon, la pluie et l’altitude ! Aujourd’hui, point de repos car cette sixième spéciale, une boucle de 542 km autour du Salar d’Uyuni, est la plus longue du rallye.

Les conditions climatiques, annoncées mauvaises, ajoutent à la difficulté du parcours qui se situe entre 3500 m et 4200 m et à cette altitude, il fait plutôt froid alors avec de la pluie… Le secteur sélectif est annoncé avec beaucoup de changements de rythme, entre sable et terre, mais heureusement, cette année, les concurrents ne passent pas sur le Salar qui avait causé tant d’abandons l’an dernier. Il y avait aussi quelques pièges de navigation dans lesquels il ne fallait pas tomber.

 

À l’heure de ce communiqué, Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 sont au WP11 en 53e position tout comme Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 qui pointent à la 69e place.

 

Moins de chance pour Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 qui ont connu des problèmes en début de Spéciale et ont été dépannés par l’assistance rapide pilotée par Marco Piana accompagné de Steven Griener.

Tandis que Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 ont eu un souci électronique au km 202. Mais tout le monde roule désormais de concert et les trois voitures se trouvent aux environs du WP 6.

 

Demain, le Dakar revient en Argentine et arrivera tard au bivouac de Salta pour une journée de repos bien méritée.

 

LE TEAM XTREMEPLUS ENTRE EN BOLIVIE !

DAKAR 2 016

Buenos Aires, 7 janvier 2016

 

5e étape : Jujuy – Uyuni (Bolivia)

Spéciale 327 km – Liaison : 315 km – Total : 642 km

 

 

 

Le Dakar entre en Bolivie lors de cette deuxième partie d’étape marathon avec un point culminant à 4600 m, le plus haut de l’histoire du Dakar en Spéciale et les problèmes physique et mécaniques que cela comporte. Pour rallier le départ, situé à la frontière bolivienne , les concurrents ont dû traverser la magnifique Quebrada de Humahuaca, patrimoine de l’humanité.

Mais le temps se gâte plus loin et l’arrivée de la Spéciale est avancée de 7 km à cause d’orages sur la ligne d’arrivée. Néanmoins, malgré les conditions climatiques difficiles, les quatres équipages ont tenus bon et sont au rendez-vous en Bolivie, sur le salar d’Uyuni.

 

Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 (54es en 4h55’31)

 

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 (56es en 4h57’22) 

 

Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 (65es en 5h16’22) 

 

Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 (68es en 5h20’00)

 

LES QUATRE ÉQUIPAGES XTREMEPLUS EN ÉTAPE MARATHON

DAKAR 2 016

Buenos Aires, 6 janvier 2016

 

4e étape : Jujuy – Jujuy

Spéciale 429 km – Liaison : 201 km – Total : 630 km

 

 

 

Le déluge oublié, c’est dans une étape marathon avec parc fermé, c’est-à-dire sans assistance ni possibilité de mécaniquer, que les équipages Polaris Xtremeplus se sont lancés ce matin. Tandis que les assistances étaient obligées de partir sur la Bolivie, les concurrents sont montés à quelques kilomètres de Purmamarca, l’entrée du Paso Jama, pour une spéciale en boucle de 429 km.

Du rapide encore et toujours, peu de navigation et de l’altitude, voici le programme du jour.

 

 

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 (66es en 5h25’22) : « Pour mon anniversaire, j’ai 57 ans, je me suis offert une arrivée de l’étape 4 au volant du Polaris RZR 1000XT+ Maxxis, , ce que je n’avais encore pas réussi ! Je ne suis pas fatigué, je pourrais facilement repartir pour une autre spéciale. En ce qui concerne le parcours, il n’avait aucun intérêt !  »

 

Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 (68es en 5h31’13) : « C’était une étape très longue et le RZR avait du mal avec l’altitude. Le tracé était plutôt ennuyeux, toujours tout droit… Nous n’avons connu aucun problème, ce qui est plutôt bien lors d’une étape marathon. Je me dis que cela fait 400 km en moins à faire mais j’arriverai au bout ! »

 

Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 (72es en 3h45’37) : » Zéro problème sur cette première partie d’étape marathon. C’était une belle journée mais j’ai fait encore plus attention à la voiture que les autres jours. Lourival ne s’est pas senti très bien à l’arrivée à cause de l’altitude mais un peu d’oxygène et il a été rapidement rétabli. »

 

Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 (75es en 5h50’43) : « Sachant que les mécaniciens ne seraient pas au bivouac cette nuit, nous avons roulé en  sauvegardant notre mécanique et nos pneus. Malheureusement, nous avons eu une crevaison… et trois minutes de pénalités pour excès de vitesse. Mais j’ai un très bon feeling et nous n’avons connu aucun problème, ce qui est important pour cette étape marathon. Sur la fin, les camions nous ont rattrapés tant c’était rapide et là j’ai assuré pour terminer l’étape. Maintenant, je suis fatigué… et j’ai faim ! »

 

 

LES QUATRE ÉQUIPAGES XTREMEPLUS RÉSISTENT À LA TEMPÊTE

DAKAR 2 016

Buenos Aires, 5 janvier 2016

 

3e étape : Termas Rio Hondo – Jujuy

Spéciale 190 km – Liaison : 436 km – Total : 626 km

 

Le ciel va bientôt tomber sur la tête du Dakar avec le déluge qui s’abat sur la route d’assistance puis sur le bivouac de Jujuy pendant des heures et des heures avec des coups de tonnerre à faire frémir Zeus !

Électricité en partie coupée, aucune connexion internet, aucun résultat, et un rideau empêchant de sortir de tout abri, les nouvelles du team Xtremeplus sont exceptionnellement quelque peu restreintes. Les quatre équipages étaient arrivés à Jujuy et les mécaniciens ont travaillé toute la nuit les pieds dans la boue, recouverts de sacs-poubelles !

 

Avec les rios infranchissables, l’organisation avait écourté la spéciale à 190 km de secteur sélectif très rapide entrecoupé de zone de restriction de vitesse…

 

Eugenio Amos/Rafael Tornabell n°371 (59e en 2h40’50)

 

Mao Rujin/Ka Chun Yu n°394 (76e en 2h59’09) : « Ce fut une très bonne spéciale pour nous malgré les difficultés. Ka Chun a très bien navigué et nous avons eu tous les waypoints. Nous faisons vraiment une bonne équipe !

Avant le départ de la Spéciale, il est tombé des trombes d’eau… comme ce soir au bivouac. La piste était, comme hier, rapide, sinueuse et parfois étroite. Nous avons franchi une rivière qui avait au moins un mètre d’eau et je suis passé un peu trop rapidement… Après cela, la courroie s’est mise à patiner et nous avons perdu un peu de puissance. Il y a eu ensuite une dizaine de kilomètres de fesh-fesh, sable très mou. Nous étions juste derrière un autre concurrent et nous nous sommes retrouvés dans un mur de poussière, c’était impressionnant car nous ne voyions plus rien du tout !

Nous avons également eu quelques soucis quand nous n’avons terminé l’eau pour nettoyer le pare-brise de notre Polaris RZR 1000 XT + 30 et de temps en temps il y avait de la boue ou de l’eau sur la piste. Il fallait donc que Ka Chun jette de l’eau d’une bouteille tout en roulant. Après avoir franchi l’arrivée de la Spéciale, la boîte de vitesse s’est bloquée et nous n’avions plus qu’une seule vitesse. Nous avons vraiment eu beaucoup de chance car la course était terminée et nous avons remonté plus de dix voitures, c’était donc une très belle journée pour nous ! »

Michele Cinotto/Maurizio Dominella n°389 (74e en 2h53’10) : « Aujourd’hui, nous avons eu une crevaison lente et, au bout d’un moment, nous avons été obligés de nous arrêter et de changer la roue. Pour le reste c’est rapide, lent, sec, mouillé, boue, poussière… »

 

Leandro Torres/Roldan Lourival n°367 (79e en 3h45’37)