UNE CHAUDE JOURNÉE POUR LES TROIS ÉQUIPAGES XTREMEPLUS POLARIS

RALLYE DES PHARAONS

 

Vendredi 15 mai 2015

Quatrième Spéciale : Tibniya – Sitra – Tibniya

Liaison : 0,90km – Spéciale : 343,02 km – Liaison : 113,33 km – Total : 457,25 km

 

 

L’organisation ayant annulé la quatrième étape prévue, les concurrents durent refaire la deuxième, 343 km de terrain rapide et de dunes. On pourrait imaginer parcourir à nouveau la même piste est relativement facile mais c’est sans compter les centaines de traces, le sable brassé et le températures qui ont grimpées de plusieurs degrés. Il y a deux jours, il faisait excessivement froid quand les concurrents étaient en spéciale tandis que ce matin, dès le départ, le thermomètre a grimpé et la chaleur a rendu le sable très mou.

Malgré tout, les trois équipages sont au bivouac et de bonne humeur, comme toujours !

 

 

ÉRIC MOZAS/SÉBASTIEN DELAUNAY n°311-14e en 4h17’37 : « Hier, nous avions 28′ d’avance sur notre concurrent direct en T3, Orlandini, qui s’était ensablé, mais à l’arrivée aujourd’hui, il ne nous reste que dix minutes. Nous avons roulé tranquillement, sans attaquer ni prendre de risques. Cela ne sert à rien car le Toyota T3 d’Orlandini est beaucoup plus rapide que nous. Nous n’avons donc connu aucun problème mais le sable était très brassé et mou. »

 

JEAN-PAUL VAN BOHEMEN/JEAN-MICHEL POLATO n°321- 16e en 4h22’30 : « C’était une spéciale très sympathique mais chaude, très chaude ! Le Polaris RZR 1000XT+30 a très bien marché mais nous avions pris le pari de parcourir toute la spéciale avec la même pression intermédiaire, comme hier. Malheureusement, comme il faisait plus chaud, cela n’a pas fonctionné et après le CP1, nous avons dû dégonfler. À l’entrée des dunes, Éric nous a doublé mais nous n’avons pas cherché à le suivre, il roulait trop vite et j’ai préféré gérer la machine. Sur la fin, nous étions pressés d’arriver au bivouac pour partager le reste de saucisson et de gruyère avec l’équipe ! »

 

DANIEL VIARD/ALAIN MULTINU n°323-18e en 4h52’44 : « Nous sommes partis avec une mauvaise pression de pneus, la courroie a chauffé et cassé à 5 km du bivouac, sur le goudron. À la descente d’une dune très raide, nous avons tapé tellement fort que cela m’a déclenchée la migraine… Journée de galère pour nous. »

 

 

 

 

BEL ESPRIT D’ÉQUIPE AU SEIN DU XTREMEPLUS POLARIS FACTORY TEAM !

RALLYE DES PHARAONS

 

Jeudi 14 mai 2015

Troisième Spéciale : Tibniya – Tibniya

Liaison : 0,90km – Spéciale : 319,85 km – Liaison : 25,19 km – Total : 345,94 km

 

 

 

La troisième étape de ce Rallye des Pharaons est, pour les trois équipages Polaris RZR 1000XT+30, la plus belle et la plus variée en matière de paysage et de terrain. Jean-Paul Van Bohemen continue son apprentissage des rallyes et aujourd’hui a signé une performance en remportant le T3 devant Daniel Viard tandis qu’Éric Mozas a connu une journée infernale. Néanmoins, les trois équipages sont à l’arrivée au bivouac de Baharia et rient ensemble de toutes leurs mésaventures affichant un bel esprit d’entraide et de bonne humeur au sein de l’équipe Xtremeplus.

 

 

ÉRIC MOZAS/SÉBASTIEN DELAUNAY n°311-19e en 4h58’45 : « C’était une journée incroyable, il nous est arrivé de tout ! Pour commencer, nous avons crevé à 10 km du départ. Jean-Paul (Van Bohemen) est passé sans s’arrêter, ce qui est normal vu que nous étions en train de changer la roue. Seulement le cric s’est bloqué et heureusement que Daniel (Viard) et Alain (Multinu) qui passaient un peu plus tard, ont pu nous laisser le leur. Ensuite, nous avons attaqué pour les reprendre et quand ils se sont arrêtés pour dégonfler, nous leur avons rendu leur cric. Nous avons alors roulé de conserve, c’était d’ailleurs très amusant de se doubler l’un l’autre jusqu’à 60 km de l’arrivée quand Daniel a crevé. Nous avons alors continué et rattrapé Jean-Paul puis nous nous sommes perdus ensemble…

35 km avant l’arrivée, nous avons crevé deux roues… et il ne nous en restait qu’une seule ! En la changeant, la déboulonneuse a pris feu dans la main de Sébastien qui a été brûlé au second degré puis il a réparé une roue avec des mèches mais cela n’a pas tenu. Jean-Paul s’est arrêté mais n’a pas pu nous aider car il n’avait plus de roue non plus…

Mais nos mésaventures ne s’arrêtent pas là. Devant un Y, nous partions sur la gauche et Seb m’avertit qu’il fallait prendre la piste de droite. Je passe la marche arrière et là, la boîte se bloque et le moteur cale. En désespoir de cause, en marche-arrière, nous grimpons sur un monticule pour tenter de la débloquer et Daniel arrive à ce moment-là ! Nous lui avons pris une roue et sa déboulonneuse pour enfin sortir de la spéciale ! Quelle journée ! »

 

JEAN-PAUL VAN BOHEMEN/JEAN-MICHEL POLATO n°321- 16e en 4h29’00 : « Nous sommes partis avec les pneus dégonflés à 1.4 kg et décidé de prendre le risque de faire toute la spéciale ainsi mais de rouler plus « doux » dans les cailloux. Malheureusement, nous avons crevé par deux fois et nous n’avons pas pu aider Éric quand il avait besoin d’une roue. En tout cas, c’était une spéciale magnifique en paysages, avec toutes sortes de terrains différents. Jean-Michel a très bien navigué et nous avons pu arriver premier T3. »

 

DANIEL VIARD/ALAIN MULTINU n°323-18e en 4h46’05 : « Hier, nous avons eu 30′ de pénalité car nous avions raté un Waypoint mais aujourd’hui Alain s’est rattrapé et fait une excellente navigation. La spéciale était très belle et très variée mais malheureusement toujours trop rapide pour nous. Néanmoins, il y avait des parties techniques sympathiques mais pour ces parties-là, nous avons besoin de régler les amortisseurs. Sur la fin de la spéciale, il y avait également très belles dunes dans lesquelles nous avons cassé une courroie — c’était mon baptême de « courroie » — puis, plus loin, à 60 km de l’arrivée, nous avons crevé ! C’était une belle journée pendant laquelle nous avons joué à cache-cache un long moment avec Éric mais c’était très amusant de rouler ensemble. »

 

 

 

 

UNE SPÉCIALE DE TRANSITION POUR LES TROIS POLARIS RZR 1000XT+30 !

RALLYE DES PHARAONS

 

Mardi 12 mai 2015

Première Spéciale : El Alamein – Tibniya

Liaison : 215,35 km – Spéciale : 228,76 km – Liaison : 103,40 km – Total : 547,51 km

 

 

 

Ce matin, dès potron-minet, le Rallye des Pharaons a pris la route cap au sud par une « route-piste » pour le moins fracassée. Après une liaison de plus de 200 km, les concurrents se sont élancés sur un parcours de transition, relativement rapide, afin de rallier l’oasis de Baharia qui sera, pour les trois prochains jours, le centre névralgique de la course.

La brise légère est restée sur la méditerranée et c’est sous un soleil ardent que les trois équipages du Polaris Factory Team sont arrivés au bivouac.

 

ÉRIC MOZAS/SÉBASTIEN DELAUNAY n°211-14e en 2h35’43 : « Cette première spéciale avait peu d’intérêt pour nous, c’était un autoroute avec des paquets de sable et un saut pour les photographes… explique Éric Mozas, le sourire aux lèvres. Les dunes étaient très cassées, le sable chaud… et nous avons limité les dégâts. Une étape typiquement chilienne, confirme Sébastien Delaunay. »

 

 

DANIEL VIARD/ALAIN MULTINU n°223-19e en 3h19’06 : « J’ai la migraine depuis deux jours et je n’ai pas dormi cette nuit. La spéciale s’est bien déroulée, j’ai piloté sans prendre de risques et nous n’avons eu ni crevaison, ni cassé de courroie. C’était une journée pour prendre en main le RZR 1000XT+30 que je découvre et de trouver le rythme. Le parcours n’était pas intéressant, avec juste un peu de dunes, beaucoup trop roulant pour nous. »

 

JEAN-PAUL VAN BOHEMEN/JEAN-MICHEL POLATO n°221-23e en 4h51’24 : « À 50 km du départ, tout se passait très bien quand, en bas d’une dune, j’ai tapé un peu fort et tordu le triangle avant. Il a néanmoins tenu 100 km avant de casser. Nous avons alors attendu le T4 (Camion en course) qui nous a donné un triangle. Nous avons mécaniqué et nous sommes repartis pour terminer les 78 km qui nous restaient à parcourir. C’était une spéciale rapide mais je suis content de ma journée, j’ai tout vu : les dunes, la casse et le camion d’assistance ! Demain est un autre jour et je suis ravi de dormir en tente ce soir, sur le bivouac de Baharia. »