UNE SPÉCIALE DE TRANSITION POUR LES TROIS POLARIS RZR 1000XT+30 !

RALLYE DES PHARAONS

 

Mardi 12 mai 2015

Première Spéciale : El Alamein – Tibniya

Liaison : 215,35 km – Spéciale : 228,76 km – Liaison : 103,40 km – Total : 547,51 km

 

 

 

Ce matin, dès potron-minet, le Rallye des Pharaons a pris la route cap au sud par une « route-piste » pour le moins fracassée. Après une liaison de plus de 200 km, les concurrents se sont élancés sur un parcours de transition, relativement rapide, afin de rallier l’oasis de Baharia qui sera, pour les trois prochains jours, le centre névralgique de la course.

La brise légère est restée sur la méditerranée et c’est sous un soleil ardent que les trois équipages du Polaris Factory Team sont arrivés au bivouac.

 

ÉRIC MOZAS/SÉBASTIEN DELAUNAY n°211-14e en 2h35’43 : « Cette première spéciale avait peu d’intérêt pour nous, c’était un autoroute avec des paquets de sable et un saut pour les photographes… explique Éric Mozas, le sourire aux lèvres. Les dunes étaient très cassées, le sable chaud… et nous avons limité les dégâts. Une étape typiquement chilienne, confirme Sébastien Delaunay. »

 

 

DANIEL VIARD/ALAIN MULTINU n°223-19e en 3h19’06 : « J’ai la migraine depuis deux jours et je n’ai pas dormi cette nuit. La spéciale s’est bien déroulée, j’ai piloté sans prendre de risques et nous n’avons eu ni crevaison, ni cassé de courroie. C’était une journée pour prendre en main le RZR 1000XT+30 que je découvre et de trouver le rythme. Le parcours n’était pas intéressant, avec juste un peu de dunes, beaucoup trop roulant pour nous. »

 

JEAN-PAUL VAN BOHEMEN/JEAN-MICHEL POLATO n°221-23e en 4h51’24 : « À 50 km du départ, tout se passait très bien quand, en bas d’une dune, j’ai tapé un peu fort et tordu le triangle avant. Il a néanmoins tenu 100 km avant de casser. Nous avons alors attendu le T4 (Camion en course) qui nous a donné un triangle. Nous avons mécaniqué et nous sommes repartis pour terminer les 78 km qui nous restaient à parcourir. C’était une spéciale rapide mais je suis content de ma journée, j’ai tout vu : les dunes, la casse et le camion d’assistance ! Demain est un autre jour et je suis ravi de dormir en tente ce soir, sur le bivouac de Baharia. »